> allemand
Ressources
Accueil
Stammtisch
Textes
Journée franco-allemande
France-Allemagne
Manifestations & Projets
Numérique
Ressources
Promotion de l'allemand
Professeurs
Assistants
AllemandRessourcesCO-Audio > Dossier Chansons

Dossier Chansons: Pourquoi utiliser une musique / une chanson ? Par Philippe Plisson

Tokio Hotel à la Star Academy, des fans qui connaissent les paroles en allemand (fête de la musique Paris 2007) ! Des médias médusés de voir que les jeunes écoutent de l’allemand ou que de jeunes Allemands puissent, par leur musique et leur textes (!), séduire les jeunes français. Ce groupe très médiatisé est pourtant l’arbre qui cache la forêt : la scène musicale allemande ou autrichienne, notamment rap et pop/rock, est en effet, très dynamique et mérite l’attention du professeur d’allemand et donc des élèves. La plupart des références trouvées sur ces pages peuvent être écoutées sur internet en extrait ou en totalité (http://de.youtube.com/).

 

Qu’attend-on des élèves en prenant pour support la musique/ une chanson ?

 

  • qu’ils développent et propagent une image attractive de l’allemand.
  • qu’ils développent une meilleure compréhension auditive et comprennent l’idée générale et/ou les détails du texte.
  • qu’ils s’approprient « naturellement » le lexique rencontré, voire les schémas syntaxiques.
  • qu’ils améliorent/fluidifient leur prononciation, leur intonation grâce aux modèles phonatoires rencontrés et aussi, pourquoi pas, en chantant !
  • qu’ils développent l’aptitude à commenter les émotions induites par la musique ou les textes et à exprimer leurs propres sentiments ou opinions.
  • qu’ils partagent des références communes avec leurs camarades allemands (sujets de discussion lors des échanges scolaires)
  • qu’ils écoutent de l’allemand dans leur univers « privé » , souvent centré autour de la musique, et qu’ils gagnent ainsi en temps d’exposition à la langue.
  • qu’ils prennent conscience que le raisonnement grammatical est parfois une aide à la compréhension auditive quand l’oreille nous trahit.
  • qu’ils prennent conscience que le plaisir d’écouter est encore plus grand si l’on comprend et que l’effort en vaut donc la peine.
  • qu’ils éprouvent le sentiment du « happy few », c’est-à-dire d’avoir en tant que germanistes un accès privilégié à des musiques/styles, situé(e)s hors de la sphère anglophone, souvent non disponibles à la vente en France et donc non accessibles à tous.

La musique, tout comme la vidéo (films) ou le travail sur internet, ne doit pas être proposée simplement comme intermède ou divertissement avant les vacances. Proposer une écoute de chanson sans tâche à réaliser se révèlera vite d’un moindre interêt ; les élèves peuvent le faire eux-mêmes et le font déjà, pour certains, avec Tokio Hotel ou Rammstein par exemple.

 

Le morceau musical est un support aussi sérieux que les autres et il faut le présenter comme tel, en insistant sur les objectifs visés, notamment : développement de la compréhension auditive, acquisition d’un lexique souvent courant, repérages grammaticaux, développement de l’expression écrite, développement de l’expression orale. De fait, il est bon que la chanson trouve sa place dans la tâche plus globale demandée aux élèves, dans l’organisation de l’unité.
Avec cet état d’esprit, on peut – et il faudrait sans doute - proposer sans scrupules beaucoup plus de chansons aux élèves qu’on ne le fait souvent. En effet, la chanson a souvent été considérée à tort comme une récréation (cf la place réservée aux chansons dans beaucoup de manuels) ou, pire, comme une perte de temps dans la progression !

 

En fixant et en explicitant clairement l’objectif recherché, on peut éviter les attitudes de rejet consistant à dire qu’on n’aime pas le style, les élèves ayant souvent l’habitude de se focaliser uniquement sur la musique et non sur les textes, tout au moins lorsqu’ils sont en langue étrangère. Ce qui importe et ce qui rend la chanson intéressante, c’est la façon dont on la proposera aux élèves, le travail d’accompagnement qui sera demandé.

 

Le fait que les élèves veuillent ensuite acheter le CD ou écouter sur internet les chansons travaillées en cours ne doit être considéré que comme un bonus, certes agréable. Il faut être bien conscient qu’une chanson ne pourra jamais plaire à tous. Cela dit, plus on multipliera les styles, plus on a de chances de conquérir son auditoire et inciter à la comparaison. Dans « Que faire à partir des chansons », on verra que l’expression du goût, de la préférence ou du « dégoût » est un excellent levier de paroles et que la musique elle-même (même quand elle ne plaît pas !) est intéressante – au-delà du texte – pour un entraînement à l’expression orale en continu.

 

Lire la suite →

MEN
accédez à  votre espace